les sweatshops

Publié le par max&ben

LE PROBLEME DES <<SWEATSHOPS>>.
Bons ou mauvais ??
 
Un sweatshops est une usine, où les personnes travaillent pour un faible salaire, produisant différent produits comme des vêtements, des jouets, des chaussures,... Ce terme est employé pour désigner les usines où les salariés travaillent dans un environnement dur avec une ventilation inadéquate, et où les salariés peuvent parfois être victime d'abus physiques, psychologiques, ou sexuels, soumis a de longues heures de travail, et à de mauvaises conditions de sécurités.
 
 
Les multinationales se sont défendues avec véhémence de l'accusation selon laquelle elles orchestraient une "course au nivellement par le bas" en proclamant que leur présence a contribué a l'élévation du niveau de vie dans les pays du Tiers-monde. Phil Knight, le disait en 1996 : " Partout où nous nous avons opéré au cours des 25 dernières années, Nike a fourni de bons emplois, amélioré les pratiques de travail et élevé le niveau de vie ". Mais ce n'est pas si simple, et il ne manque pas d'économistes pour faire des révélations toujours plus fréquentes d'abus commercial, prétendant que les sweatshops ne sont pas un signe de l'érosion des droits mais de l'avènement prochain de la prospérité. " ce qui m'intéresse disait Jeffrey D. Sachs, célèbre économiste de Harvard, ce n'est pas qu'il y ait trop de sweatshops, mais trop peu". Ce sont exactement ces emplois qui ont été des tremplins pour Singapour et Hong Kong et qui doivent arriver en Afrique pour la tirer de l'immense pauvreté de ses régions rurales ». Paul Krugman, un collègue de Sachs, renchérit en affirmant que dans le Tiers-monde, il ne s'agit pas de choisir entre bons et mauvais emplois, mais entre mauvais emplois et absence d'emplois.
Cependant, la défence des sweatshops en tant que tremplin en a pris un sérieux coup lorsque les monnaies des pays même qui bénéficiaient le plus de ce modèle de développement ont commencé à éclaté comme des assiettes bon marché. Ce fut d'abord au Mexique, puis en Thaïlande, en Corée du sud, au Philippines et en Indonésie où les travailleurs obtenaient, et c'est encore le cas de beaucoup, un salaire minimum qui valait moins que lorsque le " miracle économique " avait commencé à se répandre sur leurs pays des années auparavant. Le directeur des relations publiques de Nike, Vada Manager, avait l'habitude de se vanter des "ouvertures d'emplois fournies à des femmes et à des hommes dans les économies en développement comme le Vietnam et l'Indonésie qui ont permis à ces individus d'acquérir une bien meilleure qualité de vie " , mais, dés l'hiver 1998, Nike, mieux que quiconque, savait que cette transition était illusoire. En 1998, avec la dévaluation de la monnaie et l'inflation galopante, les salaires réels dans les usines indonésiennes de Nike chutèrent de 45%. En Juillet de cette année là, le président indonésien exhorta ses 200 millions de concitoyens à faire de leur mieux pour conserver les réserves de riz en baisse, en jeûnant deux jours par semaine. Le développement fondé sur des salaires de misères, loin de promouvoir une amélioration régulière des conditions, a fonctionné un pas en avant, trois pas en arrière. Et dés le début de 1998, il n'y avait plus de "tigres asiatiques" vers qui se tourner et les entreprise et les économistes qui avaient vanté les sweatshops furent tout à fait démentis.

Publié dans success-story

Commenter cet article